Vacances et accords de septième


Et oui, septembre est arrivé et l’esprit des vacances s’est tari peu à peu, conséquence malheureuse du retour des cris des enfants dans les cours de récréation, des bousculades quasi amicales dans le métro ou des superbes nuages de pollution sur les périphéries bondées. (Pour les gens de la campagne, c’est le moment ou jamais de vous la péter un peu…. c’est bon ?) Certes, notre Leader Price de quartier est à nouveau ouvert entre 13 et 15 heures, mais je ne sens plus cette joie ambiante qui peuplait les rues cosmopolites du mois d’août.

Heureusement, j’ai une astuce pour garder en moi tout au long de l’année cet esprit léger et ces senteurs balnéaires : les tétrades !
Certains d’entre vous sont des musiciens en herbe qui connaissent ce terme sans forcément savoir de quoi il s’agit, pour d’autres c’est du chinois, et si vous ne faites pas partie de ces deux catégories, et bien vous allez vous ennuyer un petit bout de temps.

La musique actuelle et occidentale est composée essentiellement de mélodies et d’accompagnements, le tout régi par les 7 notes et leurs altérations (dièse et bémol #/b).
Les accompagnements sont formés par des accords et les accords par une superposition de notes. Il en faut trois différentes au minimum : c’est ce qu’on appelle les triades. Ces triades sont les bases des sonorités les plus courantes en musique : pop, rock, reggae, electro, on les retrouve partout. Par conséquent, la couleur de ces accords est ancrée dans nos oreilles et ne nous surprend plus.
Ajoutons maintenant une quatrième note à ces triades et nous voilà avec des tétrades. Cette quatrième note est une septième (si si je vous jure, c’est logique !). Elle offre des sonorités qu’on pourrait qualifier de plus ouvertes ou fermées suivant la nature de l’accord (majeur/mineur). Utilisés principalement dans les musiques typées jazz ou affiliées, les accords de septième (tétrades) sont plus rares que leurs homologues les triades et ont donc une couleur plus exotique.

Bon, vous devez trouver ça sympathique, mais concrètement, comment ça sonne ? Et bien voici quelques exemples de triades transformées en tétrades. Vous devriez entendre la différence et comprendre de quoi je parle.

Bon, là on a affaire à une rythmique brute, sans accompagnement ni mélodie mais avec un peu de travail, ces accords peuvent donner une impression de légèreté, de peau moite et bronzée, de simplicité et de bonheur, et parfois même de liberté. Si vous écoutez notre playlist de l’été vous pourrez constater que quelques artistes offrent ces impressions, cet exotisme plaisant. Et bien ça, mes amis, ce sont les tétrades !
En espérant que cette rentrée sera plus ensoleillée dans vos esprit que les précédentes grâce au pouvoir magnifique de ces accords magiques !

hélix, wyhman, vacances, rentrée, accords, septième, triade, tétrade, triades, tétrades, pop, rock, reggae, jazz, notes, altération, dièse, bémol, sonorités, courante, exotique, exemples, artiste, bonheur, simplicité, légèreté, playlist, magnifique, magique, Madeleine Peyroux,Melody Gardot, Little Tybee, The aristocrats, Adron, Guthrie Govan, Carpenters, Close to you, Pyramids, Wonderful slippery sthing, eric, flatland, passion seeker, herman, so we meet again, lonesome road

Par contre ils sont pas toujours évident à faire ces foutus accords…

-W-

Quelques exemples supplémentaires :

  • Madeleine Peyroux – Lonesome Road
  • Melody Gardot – So we meet again
  • Little Tybee – Passion Seeker/Herman
  • The Aristocrats – Flatlands
  • Guthrie Govan – Wonderful Slippery Thing/Eric
  • Adron – Pyramids
  • Carpenters – Close to You

 

Publicités

3 réflexions sur “Vacances et accords de septième

  1. Ce qui est très intéressant avec les tétrades c’est la notion de voicing qui commence à apparaître et devenir intéressante (mais encore plus quand on rajoute/altère des notes ! ).

    Bien que la norme soit d’utiliser des accords qui ont la fondamentale à la basse, mettre la tierce ou la 7éme ajoute parfois une sonorité très appréciable, et c’est aussi ça qui sonne « jazz », ou bien encore les voicings no.5 (sans la quinte donc) ou shell voicing. Des beautés m6, 6/9, 7sus4 et autres sont aussi sympa à explorer 😉

    En tous cas bon article introductif, avec en prime la beauté mélodique du minMaj7.

    J'aime

  2. Oui exactement. Après j’ai pas voulu trop montrer les tétrades dans le milieu jazz (et oui, c’est pourtant là qu’ils sont les plus intéressants) pour me focaliser sur la comparaison triade/tétrade. Mais je n’ai malgré tout pas résisté à l’envie de faire quelques voicing un peu différent sur l’extrait rythmique des tétrades.
    Merci pour ce commentaire

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s