Sur la route 66 (ou juste à côté)

A force de lire des articles et de mater des vidéos où tous les blogueurs de France et de Navarre faisaient le listing de tout ce qu’ils emportaient en vacances, j’ai eu envie de faire pareil. Sauf que bien sûr, c’est plus compliqué avec certaines thématiques de blog (ce n’est pas tant que je n’aurais pas aimé vous expliquer le pourquoi du comment de mon sac à produits de beauté mais d’une, j’estime qu’on n’a pas assez de lecteurs pour déjà se permettre d’en pousser au suicide, et deux… et bien le rapport avec la musique n’est pas évident évident). Néanmoins, plutôt que de me lamenter sur mon sort (« c’est pas juste la vie c’est trop nulle j’veux être blogueuse beauté bouhouhouh ») j’ai décidé de prendre mon destin en main et de vous imposer (ainsi qu’à Wyhman, certes) un article de liste estival (j’adoooore faire des listes, c’est comme des préliminaires aux vacances, sauf qu’en vrai je ne les relis jamais au moment de faire ma valise) (voilà, vous savez tout) (un peu trop peut-être).

Cet été on avait plein de projets assez carrés à l’étranger et tout ça s’est finalement transformé en un road trip dans le sud de la France. Et peut-on décemment imaginer un bon road trip sans musique digne de ce nom ? Le voyage initiatique de Christopher McCandless aurait quand même eu moins de gueule sans la musique d’Eddie Vedder derrière. Alors bon, j’avoue, on n’a pas pu se réserver un compositeur pour immortaliser notre voyage, mais je ne suis pas non plus entièrement convaincue qu’il change profondément nos vies (de façon très prosaïque je voyais plutôt un voyage à la cool entre farniente, shopping et tourisme) (je suis une personne assez banale, c’est vrai). Mais du coup Wyhman trouvait ça complètement con de vous étaler toute la musique qu’on comptait emporter compte tenu du fait que et bien, rien que pour atteindre notre première étape on en a pour huit heures, ce qui fait beaucoup de temps à combler et que comme on a des goûts un peu plus évolués que le rock de surfers (SUNSET SOOOOONS) (bon d’accord, vu que WYHMAN a des goûts plus évolués) on avait pas de quoi tenir tout un voyage avec juste de la musique ensoleillée.

albums, cds, road trip, on the road again, sur la route, vacances, playlist, woodkid, the golden age, little tybee, humorous to bees, yael naim, older, the do, both ways open jaws, extended, live sessions, studio pigalle, a mouthful, shake shook shaken, angus and julia stone, a book like this, steven wilson, the raven that refused to sing and other stories, king crimson, melody gardot, my one and only thrill, madeleine peyroux, careless love, steel panther, feel the steel, balls out, ennio morricone, l'essentiel, arena concerto, recorded live in Verona, Rome, Naples, kiss, symphony, alive IV, pain of salvation, be, 12:5, john butler trio, live at st Gallen, Switzerland, asaf avidan, the mojos, the reckoning, phoebe killdeer, the short straws, innerquake, moriarty, epitaph, nightwish, imaginaerum, highest hopes, the best of nightwish, radiohead, kid A, Amnesiac, gee whiz but this is a lonesome town,

Voici donc les heureux élus :

Woodkid, The golden age 
H : Il faut déjà savoir qu’on n’a pas en soi une collection de CD de fous. Comme tout le monde, on a toute notre musique sur notre mp3 et on sort nos CD le temps de les transférer sur iTunes (« Chut chut pas de marques 8 avenue de la Calanque à Antibes ») ou lors de voyages en voiture (vous me direz qu’il y a des technologies plus avancées et je vous répondrai que rien ni personne ne vous retient de nous offrir un lecteur si le coeur vous en dit). J’ai personnellement pris l’habitude d’acheter les albums des concerts auxquels j’assiste, et c’est à cette occasion que j’ai fait l’acquisition de celui-ci. Pour le coup il y a dans la musique de Woodkid une profondeur certaine qui correspond parfaitement à l’état d’esprit d’un road trip (mais tellement profond finalement qu’il est fort probable que ce soit notre état d’esprit à nous qui ne soit pas à la hauteur de l’album).

Phoebe Kildeer and the short straws, Innerquake
W :
J’ai découvert grâce à une vidéo interview de Cédric Le Roux  qui m’a mené tout droit sur le chemin de Phoebe Kildeer and the short straws. J’aime donc je prends ! Tout simplement !

Asaf Avidan, The Reckoning
H : Je ne vais pas vous mentir, j’ai acheté ce CD parce que j’éprouve une passion sans limites pour la version symphonique de The Reckoning song… qui justement n’est pas présente sur l’album. C’est celle-là que je voulais mais comme je ne l’ai trouvé sur aucun album et bien… et bien j’ai pris celui-là parce qu’il était à 5 euros sur le site de la FNAC et que c’est celui que je connais le mieux (je sais, nous ne sommes que déception). J’ai longtemps eu pour obsession de voir Asaf Avidan en concert mais les prix m’ont découragée et je trouve que bien à fond dans la voiture il fait également son petit effet (mais alors la version symphonique oh là là !).

Nightwish, Imaginaerum et Highest Hopes
W : Alors là, typiquement aucun rapport avec les vacances, le road trip, ni quoi que ce soit dans le genre, mais merde ! L’ambiance d’Imaginaerum est excellente, les orchestrations sont magistrales alors pourquoi s’en priver ?! hein ?! j’attends une réponse ! Et Highest hopes, je l’ai acheté pour une seule chanson : la reprise de High Hopes (Pink Floyd) que je préfère à l’originale (en même temps j’aime pas Pink Floyd… Ah je sens que j’ai choqué là…).

John Butler Trio, Live at St. Gallen  
W : Un peu de folk dans ce monde brutal et électrique ! Personne ne fait ça mieux que John Butler et ses deux ex-collègue Shannon Birchall et Michael Barker ! Des improvisations sans arrêt (ce solo de contrebasse sur Betterman… miam…), de la joie, de la bonne humeur et de l’amour… franchement il en faut plus pour avoir sa place dans une discothèque de vacances ?!

Moriarty, Gee whiz but this is a lonesome town et Epitaph
H : Et bien j’imagine que nous étions obligés de prendre Moriarty pour traverser la route 66, non ? *toussote* Car rien n’évoque les bars américains du temps jadis (au moins) comme ce groupe. Idéal pour un retour dans le far west et euh…la côte d’Azur c’est un peu pareil non ?

Radiohead, Kid A et Amnesiac
H : Je prends rarement le temps d’écouter en profondeur des groupes que je connais mal au quotidien, alors qu’en voiture et bien… il n’y a que ça à faire. Ces derniers mois mon oreille a beaucoup évolué, et j’aime bien reprendre des groupes que je connais depuis longtemps (mais mal) pour me faire une véritable opinion sur le sujet. Et donc là c’est tombé sur Radiohead (mais vous aviez deviné, peut-être).

W : Deux CD que je n’aime pas trop subjectivement, mais que je trouve objectivement géniaux… c’est Radiohead quoi… (Life in a Glasshouse par contre… celle-là va passer en boucle !)

King Crimson, In the court of the Crimson King
W :
Alors celui là…. quelle aventure ! Vous connaissez le HDCD ? Non ? C’est normal ! Mois non plus avant d’acheter ce CD je ne connaissais pas ! Et vous savez quoi ?! Le lecteur CD de mon PC non plus !!! MAIS… celui de ma voiture oui ! Alors vous imaginez bien que dès que j’ai un trajet en voiture à faire, il fait partie de ma sélection. Faut bien le rentabiliser quand même…

Steven Wilson, The raven that refused to sing
W :
Mon partenaire de toujours… je vous invite à lire, si ce n’est pas déjà fait ma déclaration d’amour mon récit du live auquel j’ai assisté il y a quelques temps déjà… trop longtemps déjà…

Angus and Julia Stone, Angus and Julia Stone et A book like this
H : J’ai découvert la fratrie australienne lors d’un live sur Arte concert et j’ai alors écouté tous leurs albums. J’ai eu du mal à trouver des atmosphères très tranchées aux différents albums au début, à l’exception de A book like this, qui s’est détaché du lot plus rapidement. Voilà pourquoi je l’ai acheté (5 euros à la FNAC, toujours). Quant au dernier, c’était lors de leur concert en avril.

Little Tybee, Humorous bees
H : La première fois que Wyhman m’a fait écouter ce groupe, je l’ai trouvé foncièrement chiant. Et puis, à force de l’entendre, je m’y suis habituée, au point de finir par l’apprécier, principalement en voiture où je le trouve extrêmement apaisant. Little Tybee est un groupe qui m’évoque ces passages musicaux dans un film où la musique sublime l’image du quotidien (ouais ouais je tombe dans le lyrique, mais d’habitude c’est Wyhman et vous ne dites rien !).

W : Trois mots pour décrire Little Tybee ? Dépaysement, virtuosité, détente. Typiquement le genre de groupe qui sera concerné par mon prochain article qui paraitra à la rentrée… des septièmes, des tétrades à foison, rien de mieux pour un long trajet en voiture sous le soleil du mois d’août.

The dø, A mouthful, Both ways open jaws et Shake shook shaken
H : Parce que Wyhman ne peut rien faire sans The dø, en fait. D’ailleurs la nuit il dort en serrant le deuxième album tout contre son coeur.

W : Pffff même pas vrai d’abord !

Yaël Naïm, Older
H : J’aimais déjà beaucoup Yaël Naïm avant d’aller aux Nuits de Fourvière mais lors du concert, j’ai été subjuguée par son charisme, sa voix et la sincérité de ses textes donc non, je n’imaginais pas partir en vacances sans elle (mais comme elle n’était pas disponible je me suis contentée de son dernier album).

Kiss Symphony, Alive IV
W :
Alors lui je ne sais pas ce qu’il fout là… mais pourquoi pas ! C’est toi qui l’a mis là Hélix ?

H : Ben non, je pensais que c’était toi !

Pain of salvation, 12:5 et Be
H :
 Oh c’est vachement bien ça c’est quoi ?!?

W : Alors le premier parce que je ne le connais pas. C’est un CD trouvé dans une boutique de revente de CD et vinyles d’occasion, et le deuxième parce que c’est tout simplement une de mes prestations live préférées.

Ennio Morricone, L’essentiel et Arena concerto
H : J’ai eu la chance de voir Ennio Morricone aux arènes de Nîmes cet été (mais je vous raconte ça sans faute à la rentrée) et j’ai eu peine à ne choisir que deux albums à la FNAC après le concert. Ennio Morricone est un virtuose, mais j’en reparlerai plus tard. Ecouter sa musique, c’est se transporter dans un autre monde, visiter des contrées éloignées et bon sang, VIBRER. Hum, mais je m’emballe un peu là (mais ENNIOOOOOOOOOO).

Steel Panther, Feel the steel et Balls out
W :
Rien de tel que des paroles parodiques et délirantes pour bien démarrer la route des vacances. Ici pas de prise de tête, c’est léger et drôle, et les riffs font bouger la tête comme il faut !

Melody Gardot, My one and only thrill
W :
Du jazz vocal sucré, épicé, ça sent bon les vacances et ça respire la zenitude !

Madeleine Peyroux, Careless love
W : « Ouais ouais, tout pareil que Melody ! »

H & W

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s