Quand le ukulélé rencontre Hélix

Il me semble avoir toujours été attirée par le ukulélé, et ce pour des raisons probablement très féminines : c’est petit, mignon et ça rentre presque dans le sac à main. Lorsque j’ai tenu ma première guitare, je savais déjà à ce moment-là qu’un jour je m’essaierai au ukulélé, pour le meilleur ou pour le pire. Je ne serais pas capable de vous expliquer d’où vient mon attirance, ni de quand date ma découverte de cet instrument, mais je peux dire que la première vidéo à m’avoir vraiment marquée est celle-ci :

Cet attrait n’est pas évident à expliquer parce que, quand bien même il s’agit d’un instrument à cordes grattées, les sensations sont très différentes de celles que je connaissais jusque-là. La guitare pèse sur vos genoux, elle prend de l’espace contre votre corps et vous ne jouez pas d’elle, mais avec elle. Vos deux corps doivent fonctionner ensemble pour que ça marche vraiment. Le ukulélé, au contraire, est comme un petit bébé qu’on ne sait pas comment tenir dans ses bras. On a du mal à imaginer comment on va le manier ou quel son on va pouvoir en tirer. Mais rien de tout cela ne m’a vraiment arrêtée et, sur un coup de tête, j’ai craqué. J’ai craqué parce que j’étais fatiguée de mes échecs à la guitare, des douleurs dans les doigts et du temps passé à faire de la technique sans jamais pouvoir réellement JOUER. Je lisais sans arrêt des commentaires de débutants qui arrivaient à jouer, si ce n’est beaucoup, du moins suffisamment pour se faire plaisir. Moi je répétais sans arrêt les mêmes mouvements et je ne faisais plaisir à personne. J’étais en train de virer aigrie de la corde grattée. Malgré tout, il était hors de question pour moi d’arrêter. Déjà, parce que quand on est nulle en danse, course à pied et tout type de sport, et bien il ne reste que la musique ; et puis parce que depuis que je m’étais retrouvée seule face à une guitare à me demander comment on gratte, comment on touche, comment on caresse, je savais qu’entre cet instrument et moi, il pouvait se passer de belles choses. Alors, raisonnablement ou non, j’ai décidé de couper le plaisir et le travail en deux : je suis rentrée sur un coup de tête chez mon luthier, et je suis ressortie avec Mister Brown (qui fut baptisé en vrai bien plus tard, grâce au bon goût et à l’humour d’une amie).

Avant de vous raconter plus en détails les diverses tribulations de notre relation, laissez-moi vous présenter un peu plus en détail la petite bête. En premier lieu, il faut savoir qu’il existe quatre tailles de ukulélé que l’on distingue en mesurant le diapason (soit la distance entre le sillet de tête et le chevalet) :

sillet, mr brown, 20 sm, animals as leader, apprendre le ukulélé, baryton, bébé tigre, cavaquinho, chaton, concert, cordoba, cover, débuts, guitalélé, guitare, guitare éléctrique, guitariste, hawaï, hawaii, histoire du ukulélé, immigration, joseph gordon-levitt, luthier, musique hawaïenne, para mexer, portugal, sopranino, soprano, ténor, tigre, ukulélé, ukuléléiste, zac tiessen, zooey deschanel,

Mr Brown et ses sillets.

– le soprano est la taille originelle, et clairement le plus classique. Le diapason mesure entre 25,5 et 30,5 cm.
– le concert a un diapason de 35,5 à 40,5 cm.
– le ténor a un diapason de 40,5 à 45,5 cm.
– le baryton a un diapason supérieur à 45,5 cm.
(En vrai il existe aussi le sopranino mais les experts en sont encore à débattre pour savoir si c’est un petit soprano ou s’il a droit à sa propre catégorie. Mais personnellement j’en veux un parce que :

Voilà.)

En général les gens débutent avec un soprano ou un concert, mais de ce que j’ai pu voir les ukuléléistes professionnels utilisent plus les ténors ou barytons. Or, pour en avoir essayés récemment, ces deux dernières catégories me font moins l’effet d’un instrument à part entière. Ils font plus office de remplaçant de la guitare alors que le soprano et le concert ont une identité sonore plus particulière et « typique ».

Mon luthier m’a personnellement recommandé de commencer par le format concert, plus facile à aborder que le soprano quand on est guitariste, mais je n’avais pas envie d’acheter un ukulélé de guitariste, genre instrument complémentaire. Je ne voulais pas un instrument intermédiaire comme les guitares-banjos six cordes, je voulais un ukulélé, un VRAI. Parce que oui oui j’ai bien compris, tout guitariste est capable de prendre un ukulélé en main et d’en tirer un son correct sans avoir appris à en jouer, mais il n’empêche que l’apprentissage de la guitare et du ukulélé sont deux choses à part (mais promis on y reviendra) (et oui amis guitaristes, tremblez, le dressage du ukulélé ne fait que commencer !). Je voulais donc un bel instrument, pas une entrée de gamme jouet, plutôt un milieu de gamme avec un joli son qui me permettrait de bien débuter dans la pratique et de bien progresser sans avoir besoin d’en racheter un meilleur tout de suite (mais dans les faits, bien sûr que je rachèterai d’autres ukulélés). Aussi mon choix s’est porté sur le Cordoba 20SM.

Armée de mon nouveau copain, je suis partie au parc de la Tête d’Or où j’ai pu tranquillement l’étrenner. Et je reconnais que jamais je n’aurais pensé autant apprécier cette petite chose. Mais le problème, quand on fréquente en majorité des mâles guitaristes, c’est qu’ils cataloguent un peu facilement le ukulélé d’instrument de gonzesse ou, au mieux, de jouet sympatoche à sortir pour montrer que, et bien non, l’homme n’est pas qu’un gros bourrin sur sa guitare électrique. L’homme est tendre, l’homme a des sentiments.

Pour vous donner une idée, dans la tête du guitariste, quand il joue de la guitare, c’est un peu comme s’il était dans l’arène, domptant ça devant une foule d’admiratrices en chaleur :

sillet, mr brown, 20 sm, animals as leader, apprendre le ukulélé, baryton, bébé tigre, cavaquinho, chaton, concert, cordoba, cover, débuts, guitalélé, guitare, guitare éléctrique, guitariste, hawaï, hawaii, histoire du ukulélé, immigration, joseph gordon-levitt, luthier, musique hawaïenne, para mexer, portugal, sopranino, soprano, ténor, tigre, ukulélé, ukuléléiste, zac tiessen, zooey deschanel,

Grrraouuuuuu

Alors que le ukulélé, et bien ce serait plutôt… ça :

sillet, mr brown, 20 sm, animals as leader, apprendre le ukulélé, baryton, bébé tigre, cavaquinho, chaton, concert, cordoba, cover, débuts, guitalélé, guitare, guitare éléctrique, guitariste, hawaï, hawaii, histoire du ukulélé, immigration, joseph gordon-levitt, luthier, musique hawaïenne, para mexer, portugal, sopranino, soprano, ténor, tigre, ukulélé, ukuléléiste, zac tiessen, zooey deschanel,

Miaaaaaaaaouuuuu

Forcément, c’est tout de suite moins classe.

Alors je sais ce que certains vous diront, le seul petit instrument à cordes grattées acceptable est le guitalélé, parce qu’au final qu’est-ce, si ce n’est une petite guitare plus facile à transporter au cours des pérégrinations estivales en famille, mais permettant de travailler la même chose que sur sa grande soeur ? Entendons-nous bien, le guitalélé n’est pas un véritable instrument. En jouer est à peu près aussi impressionnant que de tenir tête à ça :

sillet, mr brown, 20 sm, animals as leader, apprendre le ukulélé, baryton, bébé tigre, cavaquinho, chaton, concert, cordoba, cover, débuts, guitalélé, guitare, guitare éléctrique, guitariste, hawaï, hawaii, histoire du ukulélé, immigration, joseph gordon-levitt, luthier, musique hawaïenne, para mexer, portugal, sopranino, soprano, ténor, tigre, ukulélé, ukuléléiste, zac tiessen, zooey deschanel,

Mrouuuuuu

(Oui, ceci était juste une excuse pour poster une photo de bébé tigre.)

En tous cas, contrairement au guitalélé, le ukulélé n’a pas été inventé parce qu’on n’avait pas la place de transporter sa guitare (même s’il faut reconnaître que comme bagage à main, le ukulélé fait figure de pointure). Tout commence en 1879 avec l’arrivée d’immigrants portugais à Hawaï à bord du Ravenscrag. Sur ce bateau se trouvent trois ébénistes armés de leurs cavaquinhos et de solides connaissances en lutherie.


Petite démonstration de cavaquinho

Il existe des variations du cavaquinho selon son lieu d’origine. C’est celui de Madère, également connu sous le nom de machete de braga ou braguinhs, qui débarque à Hawaï à la fin du XIXème siècle. Il est un peu plus petit que les autres cavaquinhos et fait à peu près la taille d’un ukulélé soprano. Dès son arrivée sur le territoire hawaïen il a un franc succès et de nombreuses copies sont réalisées, mais les cordes métalliques sont rapidement abandonnées (car trop difficiles à se procurer) au profit de boyaux, puis de fils de pêcheurs et enfin de cordes en nylon. Le ukulélé soprano est né. Quand aux autres tailles (concert, ténor et baryton), elles sont développées dans les années 20 par Martin.

Maintenant qu’il a été établi que le ukulélé a une histoire plus intense que celle du guitalélé (« Hé Raymonde y a pus d’place dans le coffre, j’peux virer c’te grosse boîte bleue là ? » « Mais non mon Nanard c’est la glacière ! » « Mais où c’est donc que j’case ma guitare moi maintenant ? » « C’est les bières ou la musique mon Nanard ! J’t’avais ben dit que la musique c’est pas pour les gens comme twé. » « Nom de diou si seulement la guitare était pus p’tite ! »), rappelons qu’il ne lui est pas supérieur qu’à cet égard. Si l’un n’est qu’un simple ersatz à la guitare, l’autre est un instrument à part entière (je sais pas pourquoi, mais j’ai comme l’impression de voir des guitaristes fulminer derrière leurs écrans rien qu’en écrivant ça…). Sans rentrer dans le débat du pourquoi du comment c’est quoi la différence à quoi bon et pour quoi faire, pour cette fois je vais juste me contenter de vous montrer de jolies images, et je vous laisse réfléchir à la facilité à réaliser la performance du monsieur (qui fait également d’excellentes choses à la guitare par ailleurs) :

Dans le prochain épisode : Hélix parviendra-t-elle à vider le parc de la Tête d’Or par la seule force de son ukulélé ? Le guitalélé saura-t-il regagner l’estime de la blogueuse ? Bernard réussira-t-il à emporter sa guitare en vacances ?

H.

Publicités

Une réflexion sur “Quand le ukulélé rencontre Hélix

  1. Pingback: Un article inspiré | La vie en croches

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s