Une interview exclusive d’Hélix par France Musique (ou presque)

Honneur aux dames…

Wyhman : Bonjour Hélix.

Hélix : Bonjour Wyhman.

W (voix suave dans une pâle tentative d’imitation de Frédéric Lodéon) : Bienvenue sur France Musique.

H : C’est beaucoup d’émotion d’être là ce soir avec vous.

W (toujours sur le même ton) : Comment allez-vous ? Vous êtes confortablement installée ?

H (prenant le même ton dans le doute) : Oui ça va.

W : Pour cette interview qui s’annonce longue et palpitante…

H (dans un murmure concupiscent) : Oui ça va.

W : Dites moi Hélix, (soudainement affligé/interloqué/dépité (rayez la mention inutile)) vous faites un blog musical ?!?

H (Sur la défensive) : Il semblerait bien.

W (pratiquant l’euphémisme) : Mais pourtant vous n’étiez pas destinée à la musique à la base.

H : Et non, j’étais destinée au blog cependant HEIN. Je pense que si on fait le calcul ça doit être mon… cinquième ou sixième… j’ai commencé vers vingt ans, donc en moyenne un et demi par an. Non c’est pas mal, à une époque j’en ai eu trois en même temps quand même. C’est assez énorme, donc on peut dire que j’aime vraiment beaucoup les blogs. Sauf que seule c’est ingérable, je finis toujours pas ne plus avoir le temps de faire ce que je veux parce que j’essaie de faire des choses assez abouties. Donc là c’était un peu l’occasion de me relancer en sachant que j’aurai un peu plus de temps pour moi. L’avantage quand on est à deux c’est qu’on a deux fois plus de temps pour pondre un article, on peut écrire à deux, on a plus d’idées de sujets… enfin il y a une dynamique qui est beaucoup plus intéressante.

Et la musique, pourquoi la musique ? Et bien on me l’a proposé et je ne sais pas répondre à l’appel du blog, tout simplement. Et puis finalement, je me suis dit que ce n’était pas inintéressant d’avoir le point de vue d’une néophyte, parce qu’il y a des questions qu’on se pose, des situations qui peuvent être agaçantes et des découvertes aussi.

W : Donc vous pensez que votre fraicheur, l’innocence entre guillemets que vous allez apporter à ce blog pourra permettre plus facilement aux lecteurs de s’imprégner du sujet ? Et de ce fait rendre le blog plus accessible ?

H : Alors je pense vraiment qu’il y aura deux parties, une pour les initiés, qui s’y connaissent bien mais attention pas forcément les musiciens, je parle des gens qui écoutent beaucoup de musique et qui commencent à avoir pas mal de connaissances sur le sujet. Mais bon cette partie-là sera gérée par Wyhman, honnêtement. Et moi, je me pose des questions à la fois dans ma découverte de la musique en tant qu’auditrice mais aussi en tant que musicienne amatrice. Et puis j’avais envie d’être une sorte de porte-parole pour toutes les personnes qui se sont retrouvées comme moi perdues dans une marée de musiciens, en posant les questions dites idiotes que beaucoup n’osent pas formuler. Donc oui, on est accessibles pour des musiciens qui débutent, les gens qui sont cernés par les musiciens, ou juste des gens curieux… Finalement il y a beaucoup de réponses que je n’ai pas trouvées sur internet ou que j’ai eu du mal à dénicher. Et puis il y a des sujets dont j’avais juste envie de parler, dont certains parce que j’en avais marre qu’on me gonfle avec.

W : Vous nous parliez de vos blogs…

H (petite voix suraiguë trahissant une certaine gêne) : Ouiiiiii ?

W (le ton satisfait du journaliste qui a trouvé le point faible de sa victime) : De quoi traitaient-ils ?

H : Alooooors (prenant une grande inspiration) il y a eu des blogs journaux intimes et puis je suis partie de plus en plus vers des blogs…

W (coupant de façon très malpolie son interlocutrice) : Des journaux intimes ?!?

H (tentant d’amenuiser le délit) : Bah vous savez, on raconte sa vie un peu de façon ironique…

W (la coupant à nouveau, non sans mépris) : Ah vous venez de là !

H : Avec beaucoup de second degré… (sur la défensive) Oui je viens de là. Moi je racontais pas ma vie je…

W (faisant signe à la régie) : On va peut-être arrêter l’interview.

H (éclatant d’un rire offusquée) : Non mais je racontais pas des détails intimes de ma vie non plus. Mon but c’était que ce soit bien écrit, j’ai toujours privilégié la belle écriture. Après j’ai voulu m’intéresser plus au contenu donc je suis partie sur des sujets plus culturels. Alors après ma culture à moi c’était pas du tout la musique. Sur tout ce que j’ai écrit il y a deux peut-être trois voire quatre sujets musicaux…

W (d’un air satisfait) : D’où ma très bonne question du début qui rappelait que vous n’étiez pas destinée à ça.

H (tâchant de garder le fil malgré la mauvaise volonté de l’interviewer)… dont un pour dire que je n’y comprenais rien du tout en musique, donc voilà pour vous dire que je reviens vraiment de loin. Après je suis partie sur les séries télé, les livres et puis finalement sur quelque chose de culturel de plus global : sorties, vie lyonnaise, quelque chose de très large. Celui-là je crois que c’est le plus réussi, mais de toutes façons ils sont de mieux en mieux avec le temps, y a pas de secrets. Aujourd’hui c’est vrai que la musique je trouve que c’est un défi intéressant parce que ça va forcément être plus frais que tout ce que je pourrais raconter sur des séries ou des livres et à mon avis ce sera très rigolo de relire ça dans deux ans. Et surtout, à force de faire et d’écouter de la musique, mon oreille change, mon regard sur les choses évolue, donc je trouve que ça peut être stimulant pour mon apprentissage de la musique. Après j’aurais peut-être moins de lecteurs que Wyhman, mais ça c’est pas très grave.

W : Voilà où je voulais en venir, niveau littérature, n’est-ce pas…

H (d’un ton revanchard) : Mais êtes-vous de taille à me poser des questions littéraires ?

W : Oui, certainement, mais là n’est pas la question. Je disais donc que c’est votre domaine de prédilection à la base.

H : Tout à fait.

W : Comment vous placez-vous par rapport à cet art ?

H (avec un regard lourd de sens) : Bah vous savez moi je viens des blogs journaux intimes… Après c’est une histoire d’amour entre la littérature et moi. Naturellement j’ai toujours aimé les livres, si vous étiez chez moi vous le sauriez, les livres c’est ma came. Moi j’ai seulement une guitare (ajoute tout bas) et un ukulélé (reprenant sa voix normale) mais par contre j’ai un milliard de livres. Bon un milliard peut-être pas. J’ai besoin de posséder les livres, je collectionne beaucoup. Par contre, je suis très très exigeante. Autant en musique j’ai pas encore forcément l’oreille… avant j’écoutais de la merde il faut le dire franchement, j’étais très très bon public et j’aimais pas forcément ce qui était très travaillé alors que maintenant c’est un peu le contraire. En littérature c’est complètement l’inverse, je n’aime pas grand chose, je suis très exigeante… C’est en partie parce que j’écris depuis toute petite. J’aime bien dire que je suis exigeante avec les auteurs comme je le suis avec moi-même. Je critique toujours un livre en connaissance de cause, j’ai lu des vraies merdes juste pour avoir le droit de les critiquer. A une époque  j’avais une catégorie « le navet du mois » sur mon blog, un truc comme ça. J’ai arrêté parce qu’il y a trop de bons livres à lire pour perdre son temps avec des mauvais romans. A une époque j’ai fait de la critique littéraire pour un magazine et ce n’était pas possible, je lisais des tas de trucs que je n’appréciais pas parce que j’estime que pour critiquer il faut avoir été au bout du livre. N’empêche qu’au final je ne lisais plus rien pour moi. Donc j’ai préféré lire des livres que j’aimais et j’ai un peu abandonné la critique littéraire.

W (sortant de l’assoupissement) : Très bien. Pour en revenir au centre du sujet, c’est à dire le blog et la musique, de quels instruments jouez-vous ?

H : Alors j’ai fait du piano pendant dix ans mais je ne vous ferai pas de démonstration parce que ça ne s’entend pas. J’ai fait un gros blocage vis à vis du piano parce que ma prof était très spéciale. En continuant la musique je me suis rendue compte qu’il y a beaucoup de choses qu’elle aurait dû m’apprendre. Je me suis mise assez tardivement à la guitare, vraiment sur un coup de tête, et ça a été un gros coup de coeur, mais ça a aussi été une histoire difficile au départ, j’ai beaucoup galéré. Là ça va un peu mieux, et c’est un instrument qui me plait énormément et me permet de réfléchir beaucoup à la musique. Et il y a un petit dernier, mais vous allez rigoler car nous sommes sur France Musique : c’est le ukulélé, que j’aime beaucoup. J’ai commencé parce que j’en avais marre de souffrir à la guitare et j’avais envie de faire autre chose que de la technique sans arrêt. Et il s’avère qu’au final je fais beaucoup de technique sur le ukulélé parce que c’est un instrument où j’apprends très vite. Le ukulélé m’aide en guitare et vice versa.

W : Et quelles sont vos ambitions musicales ?

H (déchirant le tympan de quelques auditeurs au passage) : WOOOOOOO ! Alors le problème c’est que moi je ne commence pas quelque chose sans avoir l’intention d’aller jusqu’au bout. C’est à dire que j’ai commencé à écrire je vais pas me contenter d’un petit blog, j’ai envie d’écrire des livres. Je commence à lire j’ai envie d’avoir une bibliothèque gigantesque et j’avoue que j’aurais aimé être critique littéraire, si seulement il n’y avait pas eu autant de saloperies qui sortaient chaque année. La musique, clairement je n’ai pas envie de savoir uniquement jouer un truc sympatoche aux soirées avec mes amis. J’ai envie de quelque chose qui aille un petit peu plus loin.

W : En apprenant de nouveaux instruments ?

H : En premier lieu j’aimerais me lancer dans l’écriture de paroles, histoires de coupler deux passions… Mais sinon bien sûr que j’aimerais savoir jouer de plusieurs instruments, mais ce serait déjà un bon début d’être douée dans les trois que je pra…

W (montrant l’étendu de son vocabulaire sans lequel il ne serait rien ni personne à France Musique) : Susnommés ?

H : Bah voilà parce que j’aimerais bien aussi me remettre au piano un peu plus sérieusement. J’aimerais au ukulélé être capable de faire quelque chose de vraiment bien et à la guitare au moins d’être une bonne accompagnatrice. Parce que je pense que j’aurais toujours des petites failles en guitare mais être au moins capable d’interpréter convenablement les morceaux, ça me parait un objectif très honorable. Et puis j’aimerais bien me mettre au chant mais ça HEHE ça vous allez voir ce sera une longue histoire dans les articles et je ne voudrais pas vous spoiler !

W : Vous dites que le chant n’a pas l’air d’être votre domaine de compétences non plus, comment comptez-vous ne pas provoquer la rage brittano-pneumonienne de la voisine de pallier ?

H (éclate de rire) : Je compte m’entraîner dans le salon. Non sérieusement je compte commencer doucement et m’entraîner beaucoup sous la douche, donc à l’opposé de l’appartement par rapport à la voisine. J’ai tout un programme mais ça fait partie d’une de mes séries d’articles donc je ne veux pas trop en parler. C’est une expérimentation que je partagerai avec un peu de chances avec les lecteurs, en tous cas je l’espère.

W : Et avec votre collègue peut-être ?

H : Oui mon collègue aussi mais ça ça me paraît évident ! Le pauvre il est parti dedans qu’il le veuille ou non.

W : Là où je voulais en venir réellement c’était à votre lien avec la voix. Pouvez-vous l’expliquer un peu ?

H : Et bien je suis orthophoniste, et l’orthophonie ce n’est pas juste s’occuper des petits dyslexiques qui vous toussent dessus, Dieu merci. C’est aussi aider les gens qui ont des problèmes de voix, et par ça j’entends dysphonie, pour ceux qui connaissent, soit douleurs pour parler, chanter. Je ne sais pas si vous vous souvenez qu’un jour dans Notre-Dame-de-Paris Hélène Segara a complètement perdu la voix pendant un spectacle, suite à quoi elle a dû suivre une longue rééducation, et bien voilà, ça c’est mon travail. Alors moi je ne m’occupe pas encore des chanteurs parce que je n’ai pas le niveau mais j’aimerais bien l’atteindre, la voix c’est vraiment quelque chose que je trouve fascinant dans mon métier et dans ma vie privée, j’ai appris à écouter les voix, à entendre beaucoup de choses et j’ai envie de pousser plus loin ces connaissances.

W : Très bien, et bien je pense qu’on en a appris beaucoup sur vous sur France Musique en direct je vous le rappelle, vous pouvez nous contacter pour gagner une voiture au 0… (rire, puis reprenant une voix normale) Ils font pas ça sur France Musique (rire) Non et bien merci et je vous dis à une prochaine.

H (super dépitée, d’une voix suraiguë, imitant tant bien que mal ses patients de trois ans et demi les plus loquaces) : C’est fini ?

W : Bah je sais pas quoi dire de plus…

69ème avenue, apprendre à chanter, apprentissage de la musique, écriture, blog, blog musical, lyon, chant, frédéric lodéon, france musique, hélix, wyhman, interview, guitare, piano, ukulélé, orthophonie, rééducation de la voix, travail de la voix, la vie en croches,

Frédéric Lodéon, souvent imité, jamais égalé.

A une prochaine pour une nouvelle interview MOUHAHAHAHA.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s